Budget de la CNSA : les personnes âgées sacrifiées.

Mis en ligne le 28 avril 2011  

Alors que l’État présentait la réforme de la dépendance comme une priorité, le conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a décidé de transférer 100 millions d’euros vers l’assurance maladie. Douze organisations, dont la Mutualité Française, ont vivement réagi contre ce transfert.



A l’heure où le gouvernement a lancé un grand débat national sur la dépendance, 100 millions d’euros vont peser sur les personnes âgées et leur familles. Une contrainte budgétaire incompréhensible.

Ces 100 millions d’euros provenant de la CNSA devraient, théoriquement, servir entre autres, à amélioré les conditions de fonctionnement des établissements pour personnes âgées, pour une meilleure qualité de la prise en charge, pour une meilleure qualité des soins, et pour accroître les formations du personnel d’accueil.

En 2009, 150 millions d’euros ont déjà été transférés vers l’assurance maladie.
Ce nouveau transfert gèle la médicalisation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), dans un contexte où le nombre de personnes âgées va augmenter.
Les établissements manquent déjà de personnel soignant et donc recourent à du personnel intérimaire plus coûteux.

Douze organisations dont la Mutualité Française formulent le voeu que les 100 millions d’euros transférés à l’assurance maladie soient restitués à la CNSA.
Sur cette somme, 50 millions d’euros servirons à soutenir un plan d’urgence en faveur de l’aide à domicile. L’autre moitié, soit 50 millions d’euros, seront attribués à la médicalisation des établissements pour personnes âgées afin, de mettre fin à la convergence tarifaire.